Ayé ! Votre CV vous met parfaitement en valeur et vous avez quelques ébauches de lettres de motivation prêtes à être utilisées. Vous êtes donc fin prêt pour vous attaquer à la recherche d’offres.

Enfin, pas exactement.

Comme expliqué précédemment, votre CV et votre lettre subiront quelques dizaines de milliers de modifications. Mais vous vous en rendrez compte bien assez vite par vous-même.

Bref, où peut-on trouver des opportunités d’emploi ?

 

 

LES OFFRES D’EMPLOI

Le premier réflexe est évidemment d’aller chercher des offres d’emploi. Voyons où vous pouvez les trouver.

 

Les journaux :

L’ère du papier semble définitivement révolue, la majorité des offres se trouve désormais sur Internet. Vous apercevrez encore un paquet d’annonces dans les journaux spécialisés mais elles concernent souvent des postes de commerciaux, de téléprospecteurs ou de travaux ménagers. De plus, l’annonce papier étant limitée en caractères, le texte de l’offre ne sera pas toujours très précis. Si vous avez un journal d’annonces sous la main, jetez-y un coup d’œil, on ne sait jamais. De toute façon, si vous êtes au chômage vous n’avez un peu que ça à foutre, hein.

 

Les sites Internet :

Passons maintenant à ce qui occupera une grande partie de vos recherches : les annonces sur le web.

En jetant un premier coup d’œil sur Internet, vous tomberez sur des sites généralistes qui contiennent des offres pour tous les métiers et réparties sur toute la France. Vous pourrez y faire votre sélection en fonction de votre domaine d’activité et de votre lieu d’habitation, mais il est également possible d’aller sur des sites spécialisés, soit par métier, soit par localisation géographique.

Parce que oui, il existe des sites qui proposent des offres d’emploi situées dans une ville ou un département particulier. Ce n’est pas évident pour eux de se faire une place à l’ombre des gros sites qui bénéficient de leur notoriété, mais il y a un marché à exploiter. Preuve en sont les différentes déclinaisons des sites RegionsJob (NordJob, ParisJob, EstJob…) qui contiennent beaucoup d’offres intéressantes et drainent un trafic important.

Après tout, pourquoi s’enquiquiner à publier une offre sur un site national pour un recruteur, ou à chercher des offres sur un site national pour un candidat, quand on peut se concentrer sur sa localité et les alentours ? Le raisonnement se tient, pour peu que l’on habite une assez grande ville ; il va de soi qu’un www.emploi-chateauvieux-les-fosses.com (merci Google) ne serait pas très utile.

Bref, un jour où je matais tranquillement South Park cherchais assidûment du travail, ma petite maman est venue me voir en brandissant l’exemplaire du jour du journal local. Passé le moment de frayeur où j’ai cru qu’elle allait me frapper avec, elle m’a expliqué qu’il y avait un article sur un nouveau site Internet recensant les offres d’emploi de la ville et de sa périphérie.

Comment une info aussi capitale avait pu m’échapper ? Et bien figurez-vous que je ne lis pas la presse régionale. Je sais, je devrais. Non mais c’est vrai, savoir où se trouve l’ultime maréchal-ferrant de la région, être informé des tournois de bingo à 30 bornes de chez moi, ou connaître les derniers résultats du club local de handball en 7ème division, c’est bigrement intéressant. Et pourtant, allez savoir pourquoi, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre.

Au début, je n’allais qu’occasionnellement sur ce site puisque, étant récent, il ne contenait que très peu d’offres. Puis quand celles-ci ont commencé à affluer, et surtout à devenir intéressantes pour moi, j’ai ajouté ce site à la liste de ceux que je consulte tous les jours (oui oui, être chômeur, c’est du boulot… hum).

Pour la petite histoire, j’ai topé deux entretiens grâce à ce site en à peine quelques semaines. Comme quoi, la recherche géolocalisée, ça fonctionne.

Et comme je l’ai dit un peu plus haut, il existe aussi des sites proposant des offres d’emploi pour un domaine en particulier. Cela peut être la finance, l’informatique, l’environnement… Dans mon cas, Recruteo est spécialisé dans les métiers de l’Internet : développement de sites, référencement, e-commerce…

Pour conclure cette partie, voici une liste non exhaustive de sites où je fais ma recherche d’offres : Pôle Emploi, Optioncarriere, Keljob, Jobintree, RegionsJob, Monster, Apec...

Pensez aussi aux agences d’intérim qui se sont depuis quelque temps déjà lancées sur le marché des offres en CDI/CDD : Manpower, Adecco, Expectra… Là encore, la liste est longue.

 

Passons maintenant à la recherche en elle-même. Il va de soi que chaque site fonctionne de manière différente. Sinon, ça serait trop simple.

Certains très pratiques vous permettent de sélectionner plusieurs critères professionnels et géographiques en même temps, mais ce n’est pas toujours le cas. Ainsi, si vous cherchez un emploi dans deux métiers différents (exemple : marketing et communication) mais que vous ne pouvez en indiquer qu’un par recherche, vous devrez recommencer plusieurs fois. Idem pour les critères géographiques, vous ne pourrez parfois sélectionner qu’une seule localité ou région. C’est une perte de temps mais, rappelez-vous, vous n’en manquez pas.

Sur d’autres sites, vous rencontrerez le problème des critères de sélection qui sont couplés alors qu’ils n’ont rien à voir. Cette phrase étant totalement incompréhensible, je vais m’expliquer autrement. Quand vous choisissez un ou plusieurs métiers, vous avez le plus souvent une liste prédéfinie ; mais dans cette liste, certains métiers sont mis ensemble de manière peu pertinente.

Pour prendre un exemple qui me concerne, sur certains sites les métiers « marketing » et « commercial » sont mis ensemble. Du coup, comme je cherche des offres en marketing, je dois sélectionner l’élément « marketing/commercial » et je me tape toutes les annonces pour des postes de commerciaux qui ne m’intéressent absolument pas. Ah oui, pour eux il y a toujours du boulot, c’est pas un souci…

Tenez, en parlant de ça, j’ai une blague.

Alors c’est un enfant qui entre dans la chambre de ses parents pendant qu’ils…

Oula non, pas celle-là… Je recommence.

C'est un petit canard sur un lac, triste et en train de pleurer.

Un crocodile arrive alors et lui demande :

- "Eh canard, pourquoi pleures-tu ?"

- "Sniff, j'sais pas qui je suis, j'sais pas qui je suis, sniff."

- "Eh bien, t'es un canard bien sûr !" dit le croco. "Regarde : un bec jaune, des plumes, des pattes, bref t'es un canard !"

- "Chic alors j'suis un canard !!!" crie le canard, tout content de savoir qui il est.

Puis il demande au crocodile :

- "Dis, et toi tu es quoi ???"

- "Devine !" dit le crocodile

- "Hum ... queue agitée, petits bras, grande gueule, veste en cuir.......... T'es commercial !!!"

Revenons à nos canards. Euh non, à nos moutons.

Il y a également des sites où la recherche se fait simplement par mot-clé. Alors là, au niveau des résultats c’est encore plus bordélique. Nous y reviendrons un peu plus bas.

Bref, tout ça pour vous dire qu’il ne faut pas s’arrêter aux fonctionnalités d’un site. Celles-ci sont peut-être totalement à chier, mais cela ne veut pas dire que le site ne contient pas des offres très intéressantes pour vous.

Bien évidemment, pour en revenir au début de l’article, il est intéressant de consulter les sites spécialisés professionnellement ou géographiquement puisque le filtrage par métier ou par localisation est déjà fait.

 

Vous avez fait votre petite recherche, il faut maintenant trouver votre bonheur parmi les résultats. Et non, toutes les offres qui apparaissent ne vous correspondront pas. Là encore, ça serait trop simple ; là encore, vous n’avez rien de mieux à faire que de filtrer.

Moi par exemple (oui j’aime bien parler de moi), en cherchant « marketing » dans les sites où la recherche se fait par mot-clé, je me tape toutes les offres d’emploi pour des postes qui sont « rattachés au service marketing » ou « en collaboration avec le service marketing ».

C’est encore pire pour la communication, puisque là on trouve carrément toutes les annonces où le recruteur demande « un bon sens de la communication ». Sans parler des délires des moteurs de recherche de chaque site qui balancent les offres contenant des mots ayant une racine commune avec le mot recherché. C’est pas très clair, je sais. Bah par exemple, il m’arrive de tomber sur des offres de chauffeur de transport en commun quand je fais une recherche sur le mot « communication ». Voyez la perte de temps…

Si certains sites vous proposent de choisir le type de contrat recherché (CDI, Intérim,…), ce ne sera pas toujours le cas. Vous vous coltinerez donc parfois dans les résultats des offres de stage ou d’alternance.

Vous avez bien évidemment le titre de l’offre pour vous aider, mais celui-ci n’est pas toujours très clair et il arrive que les recruteurs se plantent un peu. N’hésitez donc pas à consulter un maximum d'offres si vous avez le moindre doute, il y en aura beaucoup d’inutiles mais il faut ratisser large pour être sûr de ne rien laisser passer.

Certains sites proposent également dans leurs résultats de recherche un descriptif de quelques lignes pour chaque offre, prenez le temps d’y jeter un coup d’œil. Avec un peu de chance, le descriptif contient une partie de l’expérience et/ou des compétences demandées. Vous pourrez donc parfois constater sans ouvrir le lien que le poste n’est pas pour vous.

Il va de soi qu’un navigateur Internet permettant d’ouvrir plusieurs onglets en un clic est indispensable à la recherche d’emploi, mais j’imagine qu’ils ont tous cette fonctionnalité.

 

Bon, vous avez sélectionné des sites qui semblent utiles, vous avez défini pour chacun vos critères de recherche, vous avez filtré dans les résultats les offres qui paraissent correspondre à votre profil… C’est bon, non ? Il n’y a plus qu’à postuler à ces offres ?

MOUHAHAHAHA !!! Naïfs que vous êtes !

Il reste encore une étape. Une toute petite étape.

=> Déchiffrer les offres d’emploi.

Certes, vous tomberez très souvent sur des annonces tout à fait basiques contenant un descriptif du poste et de ses missions, ainsi qu’une présentation claire du profil demandé par l’entreprise.

Mais pas toujours. En effet, les recruteurs étant de sacrés petits comiques doublés de tordus mentaux, ils s’amusent à glisser des énigmes dans leurs offres d’emploi.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Le plus fréquemment, en ce qui concerne les offres touchant de près ou de loin à la communication, il sera demandé « une maîtrise de la chaîne graphique ». Oui bah dites clairement que vous voulez quelqu’un qui maîtrise Photoshop et compagnie. Bon c’est un peu plus compliqué que cela, d’autant plus que « chaîne graphique » est une formule bien spécifique qui parle aux professionnels de ce genre de métier et à ceux qui seront allés chercher la définition sur Wikipedia. Mais bon, pour les autres…

« Le candidat devra avoir une sensibilité technique » fait également partie des grands classiques ; oui bah dites-le que vous voulez un ingénieur, BORDEL !

Une autre expression qui revient souvent est « expérience significative ». Euh… oué ? C’est quoi, une expérience significative ? 2 ans, 5 ans, 10 ans ? Ou alors en terme de résultats, on peut l’exprimer comment ? J’ai produit tant, j’ai vendu tant… ?

C’est pourtant pas bien compliqué d’indiquer clairement ce qu’on attend d’un candidat… Et pourtant, vous lirez souvent ce genre de casse-tête mentaux. La patience est l’une des qualités capitales quand on est au chômage.

Je me retrouve parfois aussi avec des offres hallucinantes dans lesquelles l’intitulé du poste ne correspond pas du tout au profil demandé. Voici par exemple ce que j’ai pu lire un jour dans une annonce pour un poste d’assistant communication :

Titulaire d'un Bac+2 dans le domaine de la communication et natif d'un pays anglophone ou disposant d'une expérience de 10 à 15 ans à l'étranger, vous faîtes preuve d'organisation et d'ouverture d'esprit.

Bon, on va dire que les 10 à 15 ans d’expérience concernent surtout une maîtrise parfaite de la langue anglaise exigée par le recruteur. Soit… Mais vous noterez que l’offre ne précise pas quelle expérience doit avoir quelqu’un qui est déjà bilingue.

Tout ça pour dire que, de manière plus générale, il m’arrive de tomber sur des offres d’assistant où l’on demande plus de 5 ans d’expérience. Au bout de 5 ans, je pense que l’assistant a peut-être envie de se voir décerner un titre un peu plus haut gradé… Ne serait-ce que « chargé de… ».

Ce qui est gonflant aussi est de voir une offre dans laquelle le salaire proposé ne correspond pas au profil demandé. Ok c’est la crise, ok le rapport de force est en faveur des entreprises, m’enfin faut quand même pas abuser non plus…

Il arrive donc que les entreprises cherchent un candidat diplômé mais ayant peu d’expérience, ou l’inverse, pour justifier un boulot payé au SMIC. Si cela peut se comprendre dans le premier cas (perso j’ai commencé au SMIC mais en étant régulièrement augmenté par la suite), on peut difficilement demander à quelqu’un ayant au moins deux ans d’expérience d’accepter un aussi bas salaire. Sauf bien sûr si cette personne travaille dans une branche où les salaires n’évoluent pas, même au bout de 20 ans, style hôtesse de caisse.

Toujours en ce qui concerne l’expérience, je suis étonné de lire régulièrement la phrase « Débutant, vous avez une première expérience dans le même domaine ».

C’est malheureusement quelque chose d’assez fréquent dans le domaine de l’emploi, et pas seulement dans les offres. Quand vous faites votre recherche, ou quand vous créez votre profil sur des sites de dépôt de CV, il y a souvent pour l’expérience les choix suivants : débutant, + de 2 ans, + de 5 ans, + de 10 ans,… etc. Sous-entendu, il faut atteindre les deux ans pour ne plus être considéré comme débutant.

Alors on ne parle peut-être pas la même langue, mais en français, un débutant est quelqu’un qui débute, qui n’a pas d’expérience. À un ou deux ans d’expérience, on n’est plus débutant. Junior, ok, mais pas débutant. C’est encore une entourloupe pour justifier un salaire de misère.

Parmi les annonces qui pourraient décourager les chercheurs, il y a celles où l’entreprise décrit un profil de candidat hyper précis, avec un certain nombre d’années d’expérience, des connaissances dans tel ou tel domaine, certaines compétences professionnelles bien particulières… Bref, ce n’est plus un profil mais carrément un portrait-robot. Dites-vous que dans ce cas-là, cela veut très probablement dire que l’entreprise vient de perdre un salarié (ou s’apprête à le perdre), et qu’elle cherche exactement le même profil pour le remplacer. Ne vous arrêtez pas à cela et postulez à l’offre si vous y correspondez à peu près.

De manière générale, les recruteurs cherchent souvent des moutons à cinq pattes. Si plusieurs compétences et connaissances sont demandées mais qu’il vous en manque une ou deux, tentez quand même votre chance.

J’ai vu récemment une offre où l’on demandait au candidat un bac+3 en marketing et un bac+3 en hôtellerie. Oui, les deux à la fois. Heureusement, le bac+5 en agroalimentaire, la maîtrise du russe et la connaissance de la littérature hongroise du 18ème siècle n’étaient pas exigés.

À l’opposé du portrait-robot, il y a également des offres où les recruteurs se perdent dans des déluges de mots et d’expressions, sans arriver à cerner clairement un profil type. Vous pouvez relire les 30 lignes de l’annonce en long, en large et en travers, vous ne savez toujours pas si votre profil correspond au poste pour la simple et bonne raison que n’avez absolument rien pigé à l’offre d’emploi. Sans parler des recruteurs qui rédigent des pavés sur la présentation et l’historique de l’entreprise, ce qui est totalement inutile dans le contexte, à part pour se faire mousser…

C’est probablement là encore une manière de filtrer les candidats. Les entreprises espèrent que les plus mollassons auront la flemme de lire entre les lignes et zapperont l’offre.

J’avoue, ça m’arrive. Je pars du principe que si mon profil correspond au poste, cela se lira clairement dans l’offre.

Parfois même, le lieu du poste n’est pas précisé. On vous dira que l’entreprise est située à proximité de telle ville, ou en région parisienne par exemple. Cela arrive souvent sur les sites des agences d’intérim et des cabinets de recrutement qui cachent le nom de l’entreprise qu’ils représentent.

Anonymat power… Les Men In Black recrutent sur le net, c’est bon à savoir.

Ça y est, vous êtes au bout du labyrinthe. Vous pouvez enfin répondre aux offres que vous avez réussi à isoler, si évidemment vous avez réussi.

 

Autres endroits où trouver des offres d’emploi :

Je sais, le titre est nul.

Certaines entreprises ne publient des annonces que sur leur propre site. C’est une manière comme une autre de ne pas recevoir 200 candidatures pour une offre… Encore faut-il en recevoir ne serait-ce qu’une ! Bref, si vous connaissez certaines entreprises dans votre région, surtout des grosses, allez sur leur site et cherchez la page « recrutement » ou « emploi ».

Attention toutefois : dans de nombreux cas, ces pages ne sont que très rarement mises à jour. Vous aurez parfois l’indication « offre publiée le… », mais pas toujours. Donc si vous tombez sur une offre intéressante, postulez-y mais ne vous emballez pas trop ; elle est peut-être pourvue depuis plusieurs mois.

Vous pouvez également être informés de la politique de recrutement d’entreprises au cas par cas. Par exemple, certains sites d’emploi consacrent des articles aux entreprises qui embauchent, de même que la presse locale ou les magazines spécialisés. Allez faire un tour sur les sites web de ces entreprises, vous y trouverez peut-être une offre vous concernant.

Ce paragraphe aurait tout aussi bien pu se trouver dans la partie précédente sur les sites Internet, mais il est 22h04 et j’ai la flemme de tout réorganiser.

Enfin, il est à noter que si vous appelez le Pôle Emploi, on vous propose de consulter au téléphone les offres du jour. J’ai jamais essayé mais j’imagine bien le truc, ça doit à peine prendre trois heures.

Nous avons à peu près fait le tour de la recherche d’offres, nous allons donc maintenant passer en revue les autres manières de se faire connaître auprès des recruteurs.

 

 

LES CANDIDATURES SPONTANÉES

Il paraît que les entreprises ont une méthodologie de recherche qui est l’inverse de celle des demandeurs d’emploi.

Le demandeur d’emploi commence par consulter les offres puis ensuite il fait jouer son réseau ; les entreprises, quant à elles, essayent de recruter en interne, puis elles consultent les CV dans leur base de données, elles font éventuellement jouer leur réseau professionnel (partenaires, concurrents) et, seulement en dernier, publient une offre d’emploi.

Bon, ça c’est le discours du Pôle Emploi pour vous convaincre d’envoyer des candidatures spontanées. Je doute fortement que toutes les entreprises fonctionnent comme cela, mais passons.

Votre conseiller Pôle Emploi vous dira que X % des demandeurs d’emploi trouvent un poste grâce aux candidatures spontanées.

Théorème de Bad Luck : soit X un nombre réel compris entre 0 et 100 ; plus X est élevé, plus votre conseiller Pôle Emploi est à court d’idées pour vous aider et essaye donc de se débarrasser de vous en vous conseillant de vous mettre aux candidatures spontanées.

C’est un moyen comme un autre de chercher du boulot, dont acte. Le tout est de ne pas se lancer à l’aveugle. Il y a plus de 3 millions d’entreprises en France alors il faut bien évidemment sélectionner celles que vous allez démarcher.

Ça aussi, c’est un conseil made in Pôle Emploi.

Et oui, rendons à César ce qui appartient à Jules : le Pôle Emploi m’a aidé en ce qui concerne les candidatures spontanées.

Je sais, ça choque. J’aurais peut-être dû vous conseiller de vous asseoir avant.

De par son activité, le Pôle Emploi a accès à tout un tas de listings officiels d’entreprises, tels que le Kompass par exemple. Ces listes sont disponibles par abonnement, payant évidemment.

Du coup, pendant que j’étais en suivi personnalisé grâce à la CRP, ma conseillère a mis ces précieuses informations à ma disposition. Elle m’a imprimé un paquet de fiches d’entreprises que nous avions préalablement ciblées selon deux critères (cf. le conseil quelques lignes plus haut) : celles ayant un service marketing, et celles étant recensées comme ayant le marketing ou la communication comme activité principale, tout en étant situées dans ma région. Ces fiches contenaient également des renseignements très précis sur les coordonnées de chaque entreprise, leur effectif et parfois même le nom des personnes à contacter.

Bon, parfois c’était un peu folklorique. Par exemple, j’ai un jour vu dans la catégorie « communication » une entreprise spécialisée dans la location de matériel destiné aux événements et manifestations (genre, des gradins).

Donc là encore, il y a un travail de filtrage à effectuer. Mais j’ai eu un entretien par ce biais-là, j’y reviendrai dans un article futur.

 

Indépendamment de la très haute estime que j’ai de moi-même et de mes capacités rédactionnelles, je me dis que cette anecdote vaudra peut-être de l’or dans quelques années. En effet, si le chômage atteint des chiffres polonais (style 30%) à plus ou moins long terme, le témoignage d’un chômeur ayant été aidé par le Pôle Emploi pourra être considéré comme une relique devant laquelle des millions d’âmes damnées viendront se prosterner. Mon blog attirera alors toutes les convoitises, car il sera devenu le mystérieux objet de nombreux fantasmes sur ses pouvoirs supposés. Genre l’anneau de Sauron ou un vieil holocron Sith.

Je sais, niveau références culturelles j’aurais pu mieux faire. Mais je m’égare.

 

Ça, c’est pour la partie ciblage par activité. Mais vous pouvez également tenter d’élargir votre recherche.

Pour cela, et comme nous l’avons vu un peu plus haut, vous pourrez trouver sur des sites d’emploi, dans la presse locale ou dans les magazines spécialisés des articles sur des entreprises qui recrutent, même si ce n’est pas dans votre secteur. Vous pourrez également repérer des noms de boîtes qui embauchent en effectuant vos propres recherches, même si ces sociétés proposent des postes qui ne vous correspondent pas du tout.

Le raisonnement est le suivant : les entreprises qui recrutent sont des entreprises qui sont saines, surtout dans la conjoncture actuelle. Cela peut donc être intéressant de leur glisser une petite candidature.

Il est souvent conseillé de relancer les entreprises huit jours après leur avoir envoyé une candidature spontanée, histoire de se rappeler à leur bon souvenir. Je comprends pas trop cette remarque ; je pars du principe que si la boîte est intéressée, elle vous rappellera d’elle-même… Mais il paraît que ça montre votre intérêt et votre motivation. C’est un conseil que vous trouverez absolument partout, alors si vous le suivez plutôt que de faire confiance à un chômeur qui envoie bouler toutes les recommandations, je ne vous en voudrai absolument pas.

 

 

LE DÉPÔT DE CV

Les sites d’offres d’emploi ainsi que les agences d’intérim et les cabinets de recrutement proposent une fonctionnalité très intéressante, qui consiste à se créer un profil pour y déposer son CV et indiquer ses souhaits en matière de carrière professionnelle.

De même que pour la recherche d’emploi, tous les sites ne fonctionnent pas de la même manière. Parfois il ne s’agit que d’un simple dépôt de CV, d’autres fois il vous sera demandé de tout renseigner manuellement : expérience, formations, compétences, projet professionnel… Cela peut donc prendre un peu de temps mais, en fonction des secteurs, le dépôt de CV peut déboucher sur quelques contacts potentiellement intéressants.

Pas dans le marketing, en l’occurrence. Mais je ne suis pas rancunier, je fais tourner les tuyaux.

Pour vous assurer une visibilité maximale, pensez à actualiser régulièrement votre profil. Si vous n’avez apporté aucune modification qui justifierait de poster un CV plus récent, contentez-vous de supprimer votre CV actuel et de le republier, cela fonctionne très bien.

 

 

LE RÉSEAU

Cette partie ne s’adresse pas aux plus malchanceux d’entre vous qui n’ont ni famille ni amis. Pour remédier à cela, allez faire un tour sur chatroulette (mais pas avant d’avoir terminé la lecture de cet article).

Pour les autres, allez voir votre entourage (famille, amis, voisins, plans cul…) et demandez-leur où ils travaillent. Essayez de savoir si leurs entreprises recrutent, si vous pouvez essayer de glisser un CV ou bien tentez tout simplement d’obtenir le nom des personnes chargées du recrutement. Là encore, visitez les sites web pour savoir si ces entreprises embauchent en ce moment.

 

 

CONCLUSION

Mine de rien, la recherche d’emploi peut prendre un temps considérable. Rien que de lire cet article, vous venez de perdre vingt bonnes minutes. Organisez-vous donc bien, vous gagnerez du temps avec l’habitude. Si, malheureusement, vous restez longtemps au chômage…

C’est un travail permanent, il faut chercher des offres tous les jours. Personnellement, sur les sites qui indiquent la date de chaque offre, je consulte les offres du jour et de la veille pour être sûr de ne rien rater. Exemple : on est lundi, vous faites une recherche sur un site ; une offre est publiée sur ce site après votre passage. Le lendemain, si vous ne consultez que les offres datant du mardi, vous raterez l’offre publiée la veille.

Ne vous étonnez pas de voir des offres qui sont datées du week-end. Ce sont souvent des annonces dont la parution a expiré et qui sont prolongées automatiquement. Le site indique donc la nouvelle date de publication, cela peut tomber le week-end. Et oui, la recherche de boulot se fait aussi le samedi et le dimanche ! Je vous imagine déjà hochant la tête en signe de désapprobation ; rassurez-vous, au bout d’un certain temps au chômage, vous n’arriverez plus à distinguer le week-end des autres jours.

En ce qui concerne les candidatures spontanées, il est inutile de mitrailler à gauche et à droite*. Une par jour si vous êtes courageux, c’est déjà très bien.

Ce sont des tâches rébarbatives, vous n’aurez pas toujours la motivation pour les effectuer et c’est d’autant plus déprimant si cela ne porte pas ses fruits. Mais il faut se faire violence…

En revanche, ne venez pas chialer auprès de moi. Je veux bien donner des conseils mais je ne fais pas SOS Détresse Amitié.

Bon courage.

 

Générique : Taro Bando & Hajime Wakai - Dream Chaser (F-Zero X OST)


* Corde à sauter ! Private joke, comprenne qui pourra…