9 mai 2011 – 9 mai 2014

Voilà, on y est. Trois ans jour pour jour après ses timides débuts, l’aventure « Vive le Chômage » prend fin.

Ce que vous redoutiez tant a fini par arriver. Je me permets de dire ça au regard des quelques commentaires reçus durant ces trois ans disant, en substance : « Je ne te souhaite pas de rester au chômage mais j’espère quand même que ton blog va continuer. »

Rassurez-vous, je l’ai bien pris comme un compliment. Mais j’arrête le blog quand même. :p

Je pousserais même la prétention jusqu’à imaginer que certain(e)s d’entre vous aient pu souhaiter/prier que je me fasse virer d’ici au 9 mai.

Si si, avouez-le. Ça ne me choque pas, au contraire. ;)

Mais je suis désolé de vous confirmer que non, je n’ai pas perdu mon emploi, et que vous êtes donc bien en train de vivre LA FIN DU MONDE !

Pardon, la fin du blog.

Comme je vous l’annonçais dans le dernier épisode, je vous ai préparé en guise d’adieu un article un peu particulier où, une fois n’est pas coutume, je ne parlerai pas de moi.

Pendant ma trop longue expérience de chômeur, j’ai vu défiler devant mes yeux des centaines d’offres d’emploi, probablement même des milliers. Dans l’écrasante majorité des cas, ces annonces se ressemblaient ; mais il m’est également arrivé de tomber sur certaines offres qui, pour une raison ou pour une autre, sortaient du lot.

J’ai donc eu l’idée (oué, en fait, je parle encore un peu de moi) de mettre de côté toutes les offres d’emploi originales que je trouvais au fur et à mesure, en pensant que cela pourrait me servir de matière pour un éventuel futur article.

L’heure étant venu de mettre fin au blog, je me suis dit que je pourrais clôturer mes mésaventures en beauté avec ce worst-of des délires des recruteurs.

Exigences démesurées, salaires de misère, illégalité, auto-satisfaction à tendance masturbatoire : le meilleur du pire (ou presque) est là. Je précise que les « fôtes d’aurtografe » sont d’origine, je n’ai pas perdu mon temps à réécrire les annonces.

 

À la recherche du mouton à 5 pattes, 3 cornes, 2 queues et 8 testicules.

On dit souvent que le nombre élevé de chômeurs en France est une anomalie au regard des nombreux postes à pourvoir dans différents domaines. Cela s’explique par le fait que beaucoup d’entreprises ont du mal à recruter, et notamment à trouver des candidats avec des profils correspondant à leurs attentes. Et pourtant, c’est pas faute de leur part de tout faire pour recueillir un maximum de candidatures, d’être raisonnables dans leurs exigences et de proposer des emplois de rêve…

---------

Commençons en beauté avec cette offre d’emploi. J’ai bien employé le singulier même si, comme vous allez le constater, il y aurait largement de boulot pour quatre personnes.

Animation et arborescence, conversion de fichiers, creation elements graphiques 2d, gestion de sites web, integration images/sons/textes, negociation, programmation et developpement, prospection, site web conception, suivi clientele, suivi d''affaires, suivi de dossier, suivi grands comptes, vente aux entreprises
Le développement et la fidélisation d'un portefeuille clients
La gestion, le management et la promotion de sites internet
L'accompagement des commerciaux dans l'offre technique auprès des clients et prospects,
La gestion des tâches techniques (aide au développement, aide à la mise en place de services web, services réseau)

Il sera donc demandé au futur recruté d’effectuer de la prospection, de la conception de site Internet avec charte graphique incluse, de la communication web et du suivi client. On ne demande pas de faire le café, par contre. C’est déjà ça. Le salaire n’est pas indiqué, je ne serais pas étonné qu’il soit dérisoire.

---------

Quasiment dans le même genre, je suis tombé un jour sur une offre d’assistant communication où le recruteur demandait un profil à quadruple (!) compétence : développement de site web, référencement, graphisme et suivi commercial. De plus, les candidats devaient avoir 8 ans d’expérience pour postuler à cette offre. Et pour finir, l’heureux élu serait recruté en tant qu’« employé qualifié » (tu m’étonnes…), le tout pour… 1700€ par mois ! Je ne pense pas prendre de grands risques en affirmant qu’il y a eu moins de postulants pour cette offre que pour les fameuses opérations « Le meilleur job du monde : 1 an à glander sur une île paradisiaque ».

---------

Une autre pour la route ?

MISSIONS ET TACHES : Création de site internet (sous WP), Mise à jour quotidienne de plusieurs sites (WP et Drupal 6), Référencement, Comunity Management, Veille, Infographie.

COMPETENCES REQUISES : CMS : WordPress et Drupal 6 si possible, Langages : html et CSS, Bon niveau de SEO et SMO, Bureautique : Word et Excel, Bon niveau rédactionnel, Avoir des connaissances en PAO serait un plus.

Développeur, référenceur et graphiste : rien que ça. Ce genre de profil très complet existe probablement mais je pense que c’est loin d’être la norme. Au bout d’un moment, il faut arrêter de se plaindre de ne pas trouver de candidats « potables »…

---------

Continuons dans la catégorie « Ça ne coûte rien d’essayer » :

Dans le cadre de l'ouverture de 2 nouvelles filiales à l'étranger, rattaché au directeur marketing et opérations, vous aurez pour mission :
- de mener les études de marché
- prospection et analyse marketing sur internet
- identification des marchés potentiels
- recherche de clients
- préparation des voyages et prise de rendez-vous
- de participer à la préparation des salons
- suivi administratif des salons
- préparation du contenu des catalogues
- de préparer les outils de communication
- suivi des brochures, sitre web, et animations
- écrire et faire publier des articles dans des magazines et journaux spécialisés
- intérêt dans le domaine de la technologie mécanique et pétrole

Profil : De formation supérieure Bac+4/5 en langues étrangères, communications, vous disposez d'une expérience réussie d'au moins 4 ans sur un poste similaire et à l’international
Anglais courant
1700/2000€/mois

Je crois que ça se passe de commentaires... mais je vais en faire un quand même : le jour où j’aurai un bac+5 en langues étrangères, 4 ans d’expérience à l’international en étude de marché, analyse marketing, identification de marchés et préparation de salons, et que je chercherai du boulot, je commencerai par filtrer les offres avec des salaires inférieurs à 2000€ par mois. J’aimerais bien avoir un jour l’opportunité de demander à un recruteur ayant publié ce genre d’offres s’il accepterait ce boulot qu’il propose et les « avantages » qui vont avec.

---------

Vous en redemandez ?

Présentation de nos services en clientèle / Définition et présentation des préconisations / Mise en œuvre des stratégies / Synthèse, analyse et présentation des résultats
Certifications AdWords et Analytics appréciées.
Connaissances : HTML, CSS, PHP + CMS (Drupal, Made Simple...).
Vous justifiez nécessairement d'une expérience probante (résultats à l'appui) sur l'activité de référencement naturel.
Excellent niveau d'anglais.
XP exigée de 10 ans
1800-2000€ par mois sur 12 mois

Un profil en béton armé, des compétences multiples, des certifications Google ultra compliquées à obtenir et 10 ans d’expérience, le tout pour 2000€ par mois… C’est la magie de l’Europe, on se base sur les salaires roumains.

---------

Et vas-y que je te glisse un bonus en toute fin d’annonce, comme ça, l’air de rien.

Vous serez en charge de l'assistanat général de l'agence.
Administratif
Gestion d'agendas
Organisation des déplacements
Services généraux et achats
Courrier et mise en page
Les + appréciés : Maitrises des outils bureautiques et PAO (Indesign)

Ok, donc cette entreprise cherche un profil de secrétaire ET graphiste… Il n’y a pas de sot métier mais, si tu te fais chier à apprendre Indesign, c’est pas pour te farcir le standard téléphonique et les courriers à taper.

---------

 

Les cons, ça ose tout…

Je l’ai évoqué à plusieurs reprises, dans un pays à 3-4 millions de chômeurs, le rapport de force lors d’un recrutement est largement en faveur des employeurs. Ces derniers peuvent donc se permettre à peu près tout ce qu’ils veulent en matière d’embauche. Ils peuvent notamment placer quelques barrières à l’entrée de leurs processus de recrutements.

---------

N’avez-vous jamais remarqué ces offres rédigées entièrement au féminin ? Vous savez, ces annonces où il est question de candidatE, d’assistantE…etc. C’est d’autant plus abusé quand le titre de l’offre contient la mention « H/F »… Ben voyons !

Vous n’entendrez évidemment jamais les féministes se plaindre d’une telle discrimination. À l’inverse, une entreprise indiquant rechercher exclusivement un homme verrait immédiatement une foudre prémenstruelle s’abattre sur elle et serait jetée en pâture à l’opinion publique. C’est une hypocrisie que j’avais déjà évoquée dans l’article dédié à la charte de la diversité.

---------

De mémoire, il me semble avoir évoqué une ou deux fois dans mes articles le fait que certaines entreprises proposent des CDD de longue durée alors qu’elles souhaitent recruter en CDI. Le but est de pouvoir tester le candidat sur une plus longue durée qu’une période d’essai traditionnelle. C’est totalement illégal, le CDD ne devant être utilisé que dans des cas bien particuliers (remplacement, accroissement d’activité…). Et pourtant…

Jeune entreprise e-commerce située dans le 17, nous souhaitons recruter un Junior pour un CCD de 6 mois pour commencer.

« Pour commencer »… Au moins ils sont honnêtes, ils annoncent carrément que le CDD n’est qu’une période d’essai déguisée. Fuck la loi, fuck la morale.

---------

Dans le même genre, il y a ce très célèbre site français de jeux vidéo qui proposait il y a quelque temps un CDD de 12 mois renouvelable… Rien que ça. Cependant, ils ne précisent pas combien de fois ledit contrat est renouvelable ; rappelez-vous le cas (extrême, certes) des CDD à répétition à La Poste.

Je ne citerai pas le nom de l’entreprise en question, c’est anecdotique. Ce qui importe dans cette affaire, c’est le côté abusif de cette offre. Surtout quand on sait qu’il s’agit d’aller se geler les miches à Aurillac…

Oups, ça m’a échappé ! Je suis incorrigible…

---------

Dans la catégorie « Tenue de soirée exigée » :

De formation supérieure en marketing (de type ESC), vous êtes actuellement chef de groupe ou responsable marketing chez un fabricant de bien de grande consommation (agroalimentaire, équipements de la maison, matériels de loisir, high-tech, textile, autre)

Traduction : chômeurs s’abstenir ! Vous vous rappelez peut-être la scène du film « Les trois frères » où Pascal Legitimus se fait recaler à un entretien d’embauche car il est au chômage et que l’entreprise estime que cela est mauvais pour son image. Quand la réalité dépasse la fiction, c’est rarement beau à voir.

---------

Encore plus original, il y a cette grande entreprise spécialisée dans le mobilier et la décoration qui, à chacune de ses offres, exigeait des candidats qu’ils soient clients de l’entreprise en question. La mention « Déjà client de ******* ** *****… » se trouvait en effet systématiquement dans la partie dédiée au profil recherché par l’entreprise.

Bah oui, être client de cette enseigne (dont je ne donnerai pas le nom, n’insistez pas) est forcément synonyme de bon goût et transforme un demandeur d’emploi lambda en perle rare. Par contre, si t’es pas client chez eux (et à plus forte raison si tu préfères le concurrent suédois), tu l’as dans le cul.

---------

 

WTF ???

Sous ce titre aussi concis que flou (ainsi que vulgaire, mais on s’en branle, faites pas chier), je vais parler des offres d’emploi dont le contenu peut parfois laisser dubitatif, pour des raisons X ou Y. D’ailleurs, il y aura un peu de X. Promis juré.

---------

Commençons par un grand classique que l’on trouve régulièrement dans les profils recherchés par les entreprises : l’expérience « significative ». Perso, je n’ai jamais compris cette expression. Bon ok, je visualise un peu ce que ça veut dire, mais quel est l’intérêt de placer un mot à la signification (décidément...) aussi vague ?

Qu’est-ce qui fait qu’une expérience est « significative » ? La durée du dernier emploi exercé ? Le nombre total d’années effectuées par le candidat durant sa carrière ? La nature des missions réalisées ? Les domaines dans lesquels le candidat a travaillé ? Les résultats obtenus ? Tout ça à la fois ?

Sérieusement les gens, précisez ce que vous voulez.

---------

Il arrive parfois que les recruteurs s’emmêlent un peu les pinceaux en rédigeant leurs annonces. C’est loin d’être la tâche la plus passionnante du monde, ce qui peut expliquer les approximations. Ou alors c’est volontaire…

J’ai noté deux exemples en particuliers. Le premier est celui d’une entreprise recherchant un profil dit « junior »… mais avec 3 ans d'expérience minimum. Le deuxième exemple concerne une offre d’emploi d’assistant pour lequel le recruteur demandait 10 ans d’expérience.

On ne doit pas avoir les mêmes définitions des mots « junior » et « assistant ».

---------

De par mon profil orienté marketing et communication, je suis assez souvent tombé sur des offres dans lesquelles les entreprises se présentaient avec la mention « équipe jeune et créative ».

Ça veut dire quoi ? Vous prenez pas de vieux ? Vous virez les gens passé un certain âge ? Cela dit, je suis jeune et je me suis toujours fait recaler par les entreprises en question.

---------

Mode « apnée » ON :

Vous contribuez également à la gestion des situations clients en assurant la supervision des offres effectuées sur les courriers sortants ou appels téléphoniques, un soutien méthodologique dans le cadre de l'écoute client des équipes (écoutes téléphoniques, supervision des courriers, enquête de satisfaction) et en participant à des groupes de travail internes ou externes.

Ok, c’est pas non plus du chinois, mais je pense qu’il y avait plus simple que cette phrase à rallonge où la définition de la mission est noyée dans un déluge de mots de plus de trois syllabes. À chaque fois que je relis ce paragraphe, je finis essoufflé. Et pourtant, comme vous avez pu le constater à de nombreuses reprises, je suis un spécialiste des phrases de plus de cinq lignes.

---------

L’offre d’emploi qui va suivre aurait eu toute sa place dans la partie « mouton à 5 pattes » ; j’ai beaucoup hésité mais j’ai finalement décidé de la ranger dans la catégorie « WTF ? ».

Vous aurez pour mission principale la gestion du site internet e-commerce : assurer l’évolution du site dans sa conception et sa mise à jour plus l’intégration graphique. optimiser le référencement naturel du site. placer et optimiser la visibilité des produits sur les marketplaces. en veille concurrentielle, vous analyserez les offres du marché et les nouveautés technologiques sur le web. vous gérez aussi la e-réputation de la société sur le net.
expérience: expérience exigée de 2 an(s) exp. en marketing e-commerce
formation et connaissances : niveau 3 (bac+2) exigé
qualification : technicien
salaire indicatif : mensuel de 2 000.00 euros sur 12 mois
durée hebdomadaire de travail : 35h hebdo
permis : eb - véhicule léger + remorque (Exigé)
taille de l’entreprise : 20 à 49 salariés
secteur d’activité : com.gros autres biens domestiq

Euh… Le permis remorque exigé pour un poste en webmarketing/e-commerce ?

Puisqu’il s’agit d’un site e-commerce, on peut supposer que le candidat embauché sera chargé de transporter des marchandises, soit pour approvisionner les stocks, soit pour emmener les commandes à la plateforme de livraison, d'où la nécessité du permis remorque. Ça se tient, mais c'est juste un léger détail qui n'est pas mentionné dans cette offre qui ne précise pas dans quel contexte le futur salarié aura à conduire une remorque.

Tout cela n’est donc que supposition. Le chômeur qui tombe sur cette offre dans ses recherches (ce qui fut mon cas) ne peut que se demander pourquoi il doit avoir le permis remorque pour ce qui est censé être un poste de webmarketeur…

---------

Passons à une offre d’emploi pour le moins psychédélique. Il s’agit d’une agence de webmarketing qui recherche un référenceur et qui, pour cela, tente une approche un peu plus directe et décalée que les annonces ordinaires. Cela donne des passages savoureux tels que :

Vous croyez que s'investir dans son travail est une façon intelligente de se réaliser ? Vous savez que les experts internet travaillent font tous 35 heures deux fois par semaine ? Vous savez que ceux qui réussissent dans un métier s'investissent deux fois plus que les autres ? Vous ne comptez pas vos heures parce que vous êtes passionné par ce que vous faites ? Vous repoussez toujours vos congés parce que vous n'avez jamais terminé ce que vous étiez en train de faire ? Vous savez que l'on peut devenir un expert de niveau mondial avec dix années de travail acharné ? Notre offre de chef de projet référencement est probablement faite pour vous.

Au moins, l’entreprise annonce clairement la couleur : une semaine de travail chez eux, c’est deux fois 35 heures ! Quant aux vacances, elles sont facultatives...

Cette offre m’avait été transmise par un lecteur en commentaire de l’épisode 11. J’avais donc fait quelques recherches sur l’entreprise en question et je m'étais rendu compte que j’avais déjà entendu parler de son dirigeant. Ce dernier s’était en effet distingué en publiant une étude dans laquelle il prétendait avoir décodé l’algorithme de Google et les 300 critères étant censés le constituer.

Cela lui avait valu pas mal de moqueries sur WebRankInfo, l’un des sites de référence dans le domaine du SEO. Il avait tenté de se défendre et avait même proposé aux WRInautes de le contacter pour plus d’informations, mais tous ceux qui avaient essayé en avaient été pour leurs frais.

Bref, c’est une offre d’emploi digne de son auteur : surréaliste.

---------

Afin de rendre hommage à mon précédent emploi, je vais finir avec deux anecdotes interdites aux moins de 18 ans. Commençons par le petit plaisir solitaire que s’est accordée dans son annonce une société recrutant pour le compte d’une autre entreprise :

« Notre client est une brillante startup (…) »

Rien que ça…

SPLASH ! Un petit mouchoir ?

Randy Marsh splash

---------

Et pour finir en beauté, parce qu’il n’y a pas de sot métier et parce que c’est toujours cocasse d’apercevoir ce genre d’offres sur un site aussi institutionnel que celui du Pôle Emploi :

screenshot PE 20140115

Merci à la fidèle lectrice qui se reconnaîtra. :)

---------

 

Don’t be a fool, stay in school.

En trois ans et environ 70 billets publiés, je me rends compte qu’il y a un sujet que je n’ai pas abordé : l’impact de mes déboires et de mon pessimisme permanent sur celles et ceux qui pourraient être amenés un jour à se retrouver au chômage, et notamment les jeunes.

Imaginez l’étudiant(e) qui tombe sur ce blog un peu par hasard ; on peut supposer qu’il/elle va se dire « Merde, ça risque de m’arriver aussi quand j’aurai fini mes études et que je chercherai du boulot. »

Faux ! Quelle erreur de penser qu’on est immunisé tant qu’on n’est pas sur le marché du travail !

Les p’tits jeunes, vous cherchez bien des stages au cours de vos études, n’est-ce pas ? Et bien là aussi vous avez l’occasion de vous taper les mêmes saloperies que les chômeurs. Chercher un stage n’est pas foncièrement différent de chercher un boulot.

Pas de jaloux ! Et après tout, c’est mieux ainsi. Il n’est jamais trop tard pour avoir un aperçu de ce qui vous attendra dès la sortie de vos études. Voici donc quelques offres de stages qui, je n’en doute pas, vous donneront foi en l’avenir.

---------

Missions :
- Développement d’applicatifs & services Windows, de daemon Linux et d’applicatifs Web
- Analyse comparative offres commerciales serveurs Cloud (Amazon AWS, CloudWatt, OVH…)
- Paramétrage de l’administration de ce serveur, rédaction fiche méthode
- Développement/adaptation d’un serveur Dynamic DNS
- Paramétrage d’un routeur 3G pour s’identifier à ce serveur Dynamic DNS, rédaction fiche méthode
- Mise en place/adaptation d’un serveur FTP, rédaction fiche méthode
- Analyse des données accessibles sur les serveurs de caméras
- Récupération des flux vidéo de ces serveurs vers le serveur FTP, rédaction fiche méthode
- Mise en œuvre et paramétrage d’une base de donnée MySQL, rédaction fiche méthode
- Gestion de la base de données de flux vidéo sur le serveur
- Elaboration d’un portail Web de visualisation de flux vidéo
- Elaboration d’un applicatif pour smartphones sous Androïd

Niveau de formation et compétences requises :
- Elève Ingénieur en informatique
- Connaissance de l’environnement Linux
- Connaissance des bases de données MySQL, des serveurs Web Apache
- Expérience des langages C, Java, JavaScript, PHP et/ou AS3
- Expérience du développement d’applications en environnement de développement style Visual Studio.net, Eclipse. Autre suggestion possible.

Oui oui, il s’agit bien d’une offre de STAGE. C’est juste hallucinant de demander autant de compétences et surtout de donner autant de missions à un simple étudiant.

Certes, me direz-vous, cela peut faire une bonne expérience qui remplira joliment le CV de l’étudiant(e) qui aura effectué ce stage. Peut-être même que cela lui permettra de trouver un job intéressant à la sortie de ses études, et pourquoi pas dans l’entreprise en question.

M’enfin là, c’est quand même un peu de l’exploitation. Il ne s’agit ni plus ni moins que de faire faire à un stagiaire le boulot d’un salarié expérimenté, très certainement dans le but de réaliser des économies sur le salaire qu’il aurait fallu verser à un employé.

Inutile de préciser que cette entreprise s’est pas mal fait allumer sur les réseaux sociaux.

---------

Pour les autres exemples, j’avoue que je ne me suis pas trop foulé. Ne cherchant pas de stage, c’est compliqué pour moi de tomber sur des annonces. Je vous recommande donc chaudement la lecture du Tumblr « Urgent recherche stagiaire » qui recense un paquet d’offres de stages dans lesquelles il est aisé de trouver les mots « esclavage » et « enculade », à condition de bien lire entre les lignes.

---------

 

Alors, heureux ?

Cette liste n’est bien évidemment pas exhaustive. Je n’ai pas passé l’intégralité de mes quatre années de chômage à recenser des offres d’emploi bidons, et vous vous doutez bien que j’ai arrêté depuis que j’ai retrouvé du travail. Malgré ça, je trouve que la pêche a été plutôt bonne.

De votre côté, si vous trouvez des offres d’emploi originales, n’hésitez surtout pas à partager vos trouvailles ! Les commentaires sont là pour ça. :)

Je n’ai pas trouvé d’idée pour le générique ; le fait de ne pas avoir énormément cherché y est sûrement pour quelque chose. Du coup, je mets une musique qui est à la base un générique de fin car, comme je l’expliquais dans le dernier épisode, il n’y aura probablement pas d’autres articles.

Bon, je répète ce que j’évoquais vite fait le mois dernier, j’ai peut-être quelque chose en tête pour faire (sur)vivre le blog ; mais c’est loin d’être fait et ça ne sera de toute façon pas sous une forme rédactionnelle. Donc, tout en vous invitant à venir de temps à autre jeter un coup d’œil sur le blog ou sur sa page Facebook, je vous confirme que la probabilité que j’écrive d’autres articles est proche de 0.

Et oui, voilà le temps des adieux…

Comme je le disais dans l’article précédent, le hasard du calendrier m’a permis de faire en sorte que le blog s’achève trois ans jour pour jour après ses débuts. Ce n’est donc pas seulement un journal intime qui se termine : je ferme en effet la page sur trois ans de ma vie, même si cela aurait pu me prendre un peu moins de temps si j’avais été moins flemmard dans l’écriture.

Je pourrais presque parler de cinq ans de ma vie en me basant sur la date de mon licenciement, là où l'aventure "Vive le Chômage" a réellement commencé (même si je ne le savais pas encore à l'époque).

Le jour où j’ai ouvert le tout premier fichier Word pour y balancer à la va-vite les ébauches du blog, j’étais loin de pouvoir prédire tous les événements qui allaient se produire. Je me suis lancé dans cette histoire complètement à l’arrache, sans vision à long terme ; je ne pensais donc pas du tout être un jour en mesure d’écrire « THE END » et pouvoir ainsi contempler un produit fini (sous une forme virtuelle, certes). Il faut dire que la fin du blog dépendait avant tout d’une amélioration de ma situation professionnelle à laquelle, à force, je ne croyais plus beaucoup !

Donc même si j’ai évidement un petit pincement au cœur et même si je sais que ça va énormément me manquer, je suis assez fier d’avoir réalisé tout ça, d’être allé au bout de ce projet et, comme vous vous en doutez, je suis très content de ne plus avoir de mésaventures à raconter !

Je suis surtout très fier de ne pas avoir vécu ça tout seul. Je n’aurais probablement pas continué très longtemps si j’avais vu qu’aucun internaute ne venait sur le blog. Je vous remercie donc sincèrement de m’avoir lu et d’avoir commenté, complimenté, encouragé, partagé…, bref, de m’avoir accompagné durant tout ou partie de ces trois années.

Ça aura été un putain de plaisir.

 

Générique : John Williams – A New Hope and End Credits (« Star Wars épisode 3 : La Revanche des Sith » OST)