Comme je le rappelais dans le précédent article, j’ai trouvé du boulot. Incroyable mais vrai. Ça méritait bien un coup de gras et de souligné.

Enfin !!!

Punaise, ça n'aura pris que quatre ans...

Alors je vais mettre les choses au clair tout de suite : je ne donnerai aucune info précise sur le job en question. « Vive le chômage » ne deviendra pas « Vive le travail ».

Déjà, c’est une question de principe : autant ça ne me dérange pas de cracher sur des inconnus que j’ai croisés une ou deux fois plusieurs mois auparavant (surtout s’ils m’ont fait des crasses), autant je suis radicalement opposé à l’idée de balancer sur des collègues que je vois tous les jours et avec qui, depuis le temps, je suis forcément devenu un minimum proche.

Même moi, je trouve que ça ne se fait pas.

Et puis vu comment j’ai galéré à retrouver du taf, je ne vais pas prendre de risques débiles en jouant l’informateur anonyme qui balance des indiscrétions sur son employeur.

La trahison, c’est mal. Et en plus, c’est pas bien.

Du coup, mes mésaventures sont terminées…

Pour être franc, je ne vous ai pas tout raconté. Si ma mémoire ne me fait pas trop défaut, je vois au moins deux recrutements auxquels j’ai participé et qui n’ont pas fait l’objet d’articles. Il n’y avait tout simplement pas de matière à en faire des épisodes ni à rendre drôle ce qui m’est arrivé lors de ces deux entretiens.

Encore que, l’entreprise informatique qui demande de réaliser des fiches descriptives de produits high-tech et qui recale les candidats à la moindre petite erreur aurait mérité son quart d’heure de gloire sur ce blog.

Je voulais également écrire un article – caricatural, forcément – sur le portrait-robot du bon et du mauvais chômeur. Mais là encore, je me suis vite retrouvé face à une page blanche. J’ai séché pendant tellement longtemps que j’ai fini par abandonner l’idée. C’est dommage car je trouvais le concept intéressant et je pensais que le résultat aurait pu être pas trop mal. En plus, j’avais déjà prévu de mettre en générique l’excellentissime chanson Logical Song de Supertramp ; mais rien ne vous empêche de l’écouter en boucle malgré tout.

Mon parcours de blogueur chômeur (ou l’inverse, question de point de vue) s’arrête donc aux lignes que vous lisez actuellement. Ça tombe bien car ça me permet de faire en sorte que le dernier épisode soit le 52, comme le nombre de cartes dans un jeu complet. Ce n’est pas un hasard au vu de ma passion dévorante pour le jeu.

 

Mais alors, si je n’ai plus rien à raconter, quid du blog ?

Euh…

À la base, j’avais prévu d’organiser un live vidéo en streaming et de me tirer une balle dans la tête ; pour le coup, ça aurait été le buzz ultime. Mais ayant trouvé un boulot, j’ai abandonné le projet.

De toute façon, ça aurait été assez compliqué à organiser en terme de logistique : il aurait fallu trouver un flingue, mettre en place un streaming de bonne qualité alors que je n’ai aucune connaissance technique en la matière, sans parler du fait que ma connexion Internet est loin d’être fiable... Et puis je n’aurais pas eu intérêt à me louper parce que ça aurait été compliqué de faire une deuxième prise. Et quand bien même j’aurais réussi tout cela, il y a relativement peu d’intérêt à créer un buzz si on ne peut pas en profiter.

En revanche, je n’ai pas prévu de célébration particulière pour cet heureux événement. Ça prouve que je n’avais jusque-là pas envisagé que le blog puisse se finir sur une note positive ; c’est dire à quel point j’étais optimiste sur mes chances de retrouver du travail !

Je ne vais toutefois pas vous quitter aussi brusquement. Il y a en effet un petit article best-of à venir – je laisse planer le mystère sur son contenu – et qui sera évidemment à ne pas manquer.

Mais après ça…

Le monde du cinéma a une citation (attribuée à différentes personnes selon les sources) qui dit : « On ne termine pas un film, on l’abandonne » ; ce à quoi George Lucas a répondu, au moment de la sortie de la version remasterisée de la trilogie Star Wars en 1997 : « J’ai décidé de ne pas abandonner mes films et d’y revenir. »

La première fois, c’était une bonne idée ; mais là, on en était presque à une nouvelle version par an. Heureusement que Disney a racheté la licence car il était grand temps d’arrêter le charcutage (et ce serait bien que le chirurgien de Jenifer en fasse autant).

Et bien moi, hmm… J’abandonne mon blog. Pour l’instant.

J'avais un temps pensé poursuivre l'aventure en écrivant des articles sur le monde du travail en général, notamment en rebondissant sur l'actualité. C'est pour tester ce concept que j'ai pondu le billet sur le travail dominical. Mais je n’ai pas l’intention d’en faire plus pour l’instant, même s’il y a deux ou trois sujets qui mériteraient d’être étudiés (la suppression du SMIC, par exemple). Il y a plusieurs raisons à cela :

1) « Vive le chômage » n’est pas un blog politique et n’a pas vocation à le devenir. Or, ce serait compliqué d’écrire un article en restant totalement neutre, celui sur le travail dominical en est un bon exemple. Je me suis d’ailleurs permis de censurer un article que j’avais commencé à rédiger il y a trèèès longtemps sur un thème plus que sulfureux : la collaboration du Pôle Emploi à un programme européen visant à favoriser les migrations à but professionnel en provenance d’Afrique du Nord. Dans un pays à 5 millions de chômeurs, c’est pas trop l’idée du siècle ; écrire un article à ce sujet le serait encore moins…

2) Si je me tourne vers l’actualité pour trouver des idées d’articles, je ne suis pas sûr d'arriver à rendre ça drôle. À l’inverse, c’était bien plus facile d’y parvenir en racontant mes mésaventures, certaines étant parfois déjà assez comiques à la base. Et puis, de manière générale, je dois avouer que je préfère largement parler de moi.

3) La dernière raison qui me pousse à arrêter est que, jusqu’ici, je savais où j’allais ; ayant commencé le blog après deux ans de chômage, j’avais suffisamment d’articles en réserve pour pouvoir plus ou moins anticiper le planning de publication. Et du coup, vous saviez vous aussi qu’un épisode arriverait dans les jours ou les semaines à venir, puis un autre et encore un autre… Là, ce n’est plus le cas ; je me vois donc mal vous demander de revenir de temps en temps, au cas où il y aurait un nouvel article tous les six mois.

Dont acte.

 

This is the end, my only friend, the end…

Non non, n’insistez pas, ma décision est prise. Je me suis pas fait chier à l’argumenter pour rien.

Mais qui sait, je vais peut-être à nouveau me retrouver au chômage dans peu de temps, et ainsi je « reviendrai » au blog et je le ressusciterai.

Et qui sait (bis), l’aventure « Vive le chômage » va peut-être se poursuivre sous la forme d’un bouquin, d’un film, d’une comédie musicale, d’une télé-réalité, d’un reportage d’« Enquête d’action »…

Et peut-être même que j’ai un projet en tête qui… Hmm non, pour l’instant je préfère ne rien dire. :-)

Pour vous tenir informés des éventuelles futures publications (sait-on jamais) ou de toute autre actualité liée de près ou de loin au blog, n’oubliez pas qu’il y a la page Facebook « Vive le chômage » qui, quant à elle, va continuer de vivre encore un bout de temps. Surtout si… Ah non c’est vrai, j’ai dit que je n’en parlais pas pour le moment.

Vous pouvez aussi vous abonner au flux RSS du blog. Enfin je dis ça, mais j’ai jamais trop compris comment ce truc fonctionnait.

Voili voilou... Comme je le disais plus haut, il reste encore un article best-of à publier avant de se dire au revoir. Il arrivera le 9 mai car, le hasard faisant bien les choses, j’ai la possibilité de clôturer le blog pile le jour anniversaire de sa création.

Je vous dis donc à bientôt, mais plus pour très longtemps.

Et n’oubliez pas : vive le ch… Ah bah non, plus maintenant.

Vive moi.

 

Générique : Oasis – Champagne Supernova