Figurez-vous que je m’approche tout doucement des 3000 visites. Alors non, je ne vais pas écrire un article comme je l’avais fait pour le cap des 2000 lecteurs ; je vais toutefois revenir sur une partie de son contenu.

Rappelez-vous, je vous avais donné quelques exemples de requêtes parfois farfelues que certains visiteurs avaient saisies dans des moteurs de recherche pour arriver sur ce blog.

À la base, c’était plutôt drôle. Mais ce n’est pas de cela dont il sera question ici.

Dans cet article, je vais uniquement me consacrer à une thématique bien particulière qui revient assez régulièrement dans les requêtes ayant permis à des internautes d’accéder à ces pages…

=> Comment échapper aux rendez-vous obligatoires au Pôle Emploi.

 

Les formulations sont nombreuses et variées. Toi aussi, lecteur de Vive le Chômage, amuse-toi à créer ta requête Google de grosse feignasse :

1) comment faire / trouver une excuse / trouver un alibi… etc.

2) pour ne pas aller à / pour éviter / pour faire sauter… etc.

3) un rendez-vous au Pôle Emploi / un entretien Pôle Emploi… etc.

 

Vous choisissez un morceau de phrase dans chacune des trois lignes précédentes et vous obtenez un échantillon de ce sur quoi je tombe régulièrement.

Les possibilités sont infinies, surtout quand on rajoute des mots bonus ; par exemple : « Trouver une excuse en béton pour ne pas aller au rendez-vous Pôle Emploi. »

 

Et là, je dis non.

Je dis non, parce que les obligations vis-à-vis du Pôle Emploi se limitent à un minuscule rendez-vous une fois par mois.

Je ne peux évidemment pas nier avoir pas mal égratigné le Pôle Emploi au fil de ces lignes. Je suis donc loin d’être leur premier fan. D’ailleurs, ils ne doivent pas en avoir énormément…

Mais, toute plaisanterie mise à part, il faut reconnaître que l’ex-ANPE a parfois son utilité.

Déjà, vous avez un accès gratuit à leur site Internet pour chercher des offres. Ça peut paraître dérisoire à l’heure de l’Internet illimité présent dans 90% des foyers, mais ça reste appréciable.

De plus, même si les conseillers Pôle Emploi sont un peu dépassés par les événements, ils restent autant que faire se peut à votre service pour vous donner des conseils et vous orienter dans vos recherches. Ils peuvent notamment vous dire où en sont vos candidatures si vous avez postulé à une offre sur le site du Pôle Emploi ; en effet, ces recrutements font l’objet d’un suivi régulier auxquels les conseillers ont accès. Quand on connaît la faible propension des recruteurs à vous informer de leur décision concernant votre candidature, c’est toujours bon à prendre. Les conseillers Pôle Emploi peuvent également vous donner quelques informations sur le marché du travail et des conseils pertinents sur la façon de mener vos recherches, et parfois même sur la manière de lire entre les lignes de certaines offres…

Vous avez également à votre disposition des ateliers qui vous permettent de peaufiner votre CV et votre lettre de motivation, ou encore de vous donner des informations sur la création d’entreprise, solution que choisissent pas mal de demandeurs d’emploi quand ils comprennent que leurs recherchent ne donneront rien.

Vous pouvez en outre trouver dans les agences Pôle Emploi tout un tas de documentation, de conseils, de journaux d’annonces d’emplois…

Dans mon cas personnel, je l’ai déjà évoqué plusieurs fois, ces entretiens m’avaient notamment permis d’obtenir les coordonnées de bon nombre d’entreprises en fonction de leur activité (en l’occurrence, le marketing et la communication), renseignements que l’on ne trouve en temps normal que dans des annuaires payants tels que le Kompass. J’ai également participé à un atelier sur la rédaction de la lettre de motivation, même si je n’y avais pas appris grand-chose. C’est surtout valable pour les personnes plus âgées qui ont commencé à travailler très jeunes et qui n’ont jamais eu à rédiger ce type de document.

Bref, le Pôle Emploi c’est chiant, certes, mais c’est également utile.

 

En contrepartie, on vous demande de donner un peu de votre temps. En comptant le trajet aller-retour et le retard que votre conseiller ne manquera pas d’avoir avant de vous accorder audience, ça fait grand maximum 90 minutes par mois.

Autant dire rien, mais un rien que beaucoup semblent vouloir éviter… Par contre, le jour où ils ont besoin des services du Pôle Emploi, ils rappliquent en rampant.

Vous imaginez ne plus payer vos assurances santé, voiture ou maison, et revenir les voir quand vous avez un problème en leur demandant de vous couvrir ?

C’est un exemple que je n’ai pas du tout pris au hasard, puisqu’il est à peu près tiré d’une expérience personnelle.

Un beau matin, le facteur m’avait apporté un courrier de ma mutuelle santé m’annonçant le montant des prélèvements pour l’année qui allait commencer un mois plus tard. Effectivement, cette anecdote s’est déroulée un mois de décembre. Bravo cher lecteur, tu es intelligent.

Bref, voyant le montant, je m’étais fait la remarque que c’était bien cher payé pour un service que je n’utilisais quasiment pas et je m’étais dit, évidemment en forme de boutade, que je ferais aussi bien de ne plus souscrire à cette mutuelle parce que ça me ferait faire une jolie économie.

Une douzaine d’heures plus tard, j’étais aux urgences avec une pommette en vrac.

« Bad Luck », c’est pas juste pour faire genre. J’ai un lourd passif.

 

Tout ça pour dire que, vu les services proposés par le Pôle Emploi, c’est franchement abusé de vouloir se soustraire au peu de choses qu’on vous demande en retour. Puis là, contrairement à l’exemple de la mutuelle, il ne s’agit pas de payer mais juste d’aller à un simple entretien pour faire le point sur vos recherches.

Surtout que derrière, c’est vous qui vous faites payer via l’allocation chômage, si bien évidemment vous remplissez les conditions nécessaires pour la percevoir. En sachant que celle-ci s’élève grosso merdo à 57% de votre précédent salaire, et en partant sur l’hypothèse d’un ancien smicard à temps plein, ça fait au bas mot 500 ou 600 euros par mois. Alors un putain de minuscule rendez-vous mensuel… Zut, quoi. Ne jouez pas les vierges effarouchées.

 

Puisque certains internautes effectuent des recherches du type « comment faire croire au Pôle Emploi que vous cherchez du travail », je suppose que cette volonté d’échapper à ces entretiens trouve son origine dans une peur de se voir demander des comptes par le conseiller Pôle Emploi. Et bien figurez-vous que ces derniers n’effectuent aucune vérification ! On ne vous demandera pas de prouver, documents à l’appui, que vous cherchez des offres régulièrement, que vous envoyez bien des candidatures ou quoi que ce soit dans le genre. Vous devez simplement vous pointer dans une agence, souvent proche de chez vous, et discuter de votre situation pendant une petite vingtaine de minutes. C’est tout…

C’est comme pour obtenir l’allocation chômage. Il suffit de s’actualiser tous les mois, ça prend deux minutes, vous avez juste à cocher cinq cases attestant que vous n’avez pas travaillé le mois précédent et que vous continuez de chercher du boulot. La seule différence avec le rendez-vous au Pôle Emploi est que vous pouvez vous actualiser de chez vous.

 

Alors évidemment, je suis toujours un chômeur anonyme et fauché qui tient un blog tout aussi anonyme. Donc ce n’est pas très pertinent de ma part de me fâcher avec certains de mes visiteurs.*

Mais franchement, voir que des gens font d’immenses efforts de recherche et d’imagination dans le seul but d’éviter un simple rendez-vous absolument pas contraignant, et surtout dérisoire en comparaison des aides auxquelles ils ont droit, ça me met un peu hors de moi. Bien sûr que, moi aussi, ça me gonfle d’y aller ; mais pas au point de tout faire pour y échapper.

Je n’irai pas jusqu’à défiler derrière une bannière « Fan club de Laurent Wauquiez » pour demander l’instauration du fameux service social (à savoir, verser le RSA uniquement aux bénéficiaires qui, en échange, effectueraient quelques heures de travail pour rendre service à la société). Mais effectivement, si vous êtes arrivés sur ces pages en faisant ce type de recherches, je me permets de vous dire tout le mal que j’en pense, désolé. Et puis non tiens, je suis pas désolé. Parce qu’au lieu de faire ça, vous auriez pu accomplir quelque chose de plus intelligent et de plus constructif. Par exemple, chercher du boulot. Ou vous manger les parties génitales.

Pour la peine, je voulais vous mettre un bon générique de merde. Mais ce sont les fêtes de fin d’année alors je vais vous épargner cette purge, d’autant plus que j’aime beaucoup mon second choix. Estimez-vous heureux.

Joyeux Noël quand même.

 

Générique : Talk Talk – Such a Shame

 

* Et encore, je ne parle même pas de tous les connards, assez nombreux également, qui ont trouvé ce blog en cherchant « j’ai trompé ma femme »…