QUOI ??? Un nouvel article tout juste trois jours après le précédent ? Hé non, vous ne rêvez pas.

La raison de ce miracle est toute simple : les résultats des Golden Blog Awards, auxquels je participe, seront dévoilés dans moins d’une semaine. La fréquence de mise à jour des blogs participant à cette compétition étant l’un des critères intervenant dans la notation du jury, il fallait bien que je me remue un peu le clavier. N’allez donc pas croire que je fais ça pour vous faire plaisir. Non non, rien à foutre.

Je sais, cet élan d’honnêteté vient de griller le ridicule embryon de chance que j’avais de gagner les GBA. Tant pis, ça me donnera un prétexte derrière lequel me cacher pour justifier cette cruelle désillusion à venir. J’ai aussi prévu de jouer la carte de la conspiration, du complot ; comme pour le 11 septembre, les premiers pas de l’Homme sur la Lune et le décès de Filip des 2Be3.

 

Bref, voici donc un nouvel article.

Tenez, en plus, il s’agit d’un des articles censurés dont j’avais parlé précédemment.

Du coup on refait un petit saut dans le passé, direction les jours suivant mon licenciement.

 

Je n’ai pas eu le temps de déprimer bien longtemps puisque je suis tombé à cette époque-là sur une offre très intéressante, correspondant plutôt bien à mon profil.

Non, pardon : c’est mon profil qui correspondait à l’offre. Il me semble que c’est mieux dans cet ordre-là. Restons humbles.

J’envoie donc ma candidature à l’entreprise. Après plusieurs jours, n’obtenant pas de réponse, je décide d’appeler pour savoir ce qu’il en est advenu.

Au bout du fil, je tombe sur un mec à moitié stone. Ou froid, j’ai pas bien réussi à savoir. Bref, je lui demande où en est le recrutement. Au prix d’un effort surhumain, il rassemble ses quelques forces et arrive à me répondre :

« Ah… oui… Le poste est pourvu, on a recruté en interne. »

Et il me dit ça d’un ton blasé, comme si c’était tout à fait logique pour lui d’avoir publié une offre tout en ayant déjà quelqu’un sous la main, et comme s’il était étonné que je n’ai pas deviné que ma candidature n’a pas été retenue. J’ai appris par la suite que la personne recrutée effectuait un stage au sein de l’entreprise, et s’était donc vue proposer l’opportunité de prolonger sa mission dans le cadre d’un CDI.

 

Au-delà de cette conversation aussi courte qu’étrange, une question me vient naturellement à l’esprit : quel est l’intérêt de publier une offre d’emploi quand on possède déjà, en interne, un candidat potentiellement embauchable ? D’autant plus qu’il est très fréquent qu’une entreprise propose un poste fixe à un étudiant à la fin de son stage, il n’y a donc rien de surprenant là-dedans.

Peut-être l’objectif était-il de comparer le profil de la personne en place avec ceux d’autres candidats ? Sympa pour le stagiaire !

« Bon coco, t’as fait du bon boulot donc normalement on te garde… mais dans le doute on a publié une offre d’emploi, au cas où on trouverait un meilleur profil. Prépare ton pot de départ, on ne sait jamais. »

Évidemment, ce n’est que mon imagination. Mais quand même, je me mets à la place du petit jeune à qui l’on fait une hypothétique promesse d’embauche et qui doit attendre que le couperet tombe, dans un sens ou dans l’autre en fonction des candidatures qui arriveront sur le bureau de son patron. Pour lui non plus, ce n’est pas très réglo.

Après, je dois avouer qu’à sa place je n’aurais pas fait le fier en disant à l’entreprise que je me barre parce que je ne me sens pas désiré. Faut pas pousser non plus, un CDI ne se refuse pas. Mais sur le principe, je trouve ça plus que limite.

 

Comme expliqué dans l’article sur la recherche d’emploi, le Pôle Emploi vous dira systématiquement que le processus habituel de recherche de candidats par les entreprises est l’inverse du processus de recherche d’emploi par les chômeurs. Alors que ces derniers commencent par aller à la pêche aux offres avant d’envoyer des candidatures spontanées pour finir par faire jouer leur réseau, les entreprises regardent en premier lieu si elles peuvent recruter en interne, font ensuite appel à leur réseau et, seulement en dernière option, publient une offre d’emploi.

Quand bien même toutes les entreprises ne fonctionneraient pas de cette manière, je réitère ma question : quel est l’intérêt de chercher un candidat quand on en a déjà un sous la main, qui plus est un qui a déjà fait ses preuves puisqu’il a préalablement travaillé sur des missions similaires ? C’est un double manque de respect et d’honnêteté, à la fois pour la personne en place ainsi que pour toutes celles qui postuleront à l’offre sans savoir qu’elles ont peu d’espoir de toucher le gros lot, puisqu’elles partent avec un sérieux handicap. Difficile en effet, même avec un meilleur profil, de déloger quelqu’un qui a déjà un pied et quatre orteils dans l’entreprise.

C’est tellement énervant et incompréhensible que je passe sur le fait de ne pas avoir été prévenu que ma candidature n’avait pas été retenue. Dans le contexte, c’est presque un détail…

 

Générique : Kelly Clarkson – Honestly*

 

* Défi personnel remporté, j’ai réussi à caser Kelly Clarkson en générique d’un article. Prochain challenge : mettre une chanson de GiedRé. Et c'est déjà prévu. :-)